No pain no gain. Le Crossfit au Luxembourg

Capture d’écran 2016-02-18 à 04.47.27
Yann – Crossfit 1839 pour Luxuriant Magazine ©Benjamin Jung
1929572_1076416012400464_1179976982577442433_nArticle paru dans Luxuriant Magazine numéro 57.

 

 

 


Créé en 1974 par Greg Glassman aux États-Unis, le CrossFit est implanté depuis trois ans au Luxembourg. Afin de comprendre la popularité de ce sport, nous nous sommes rendus au PainWorld à Gasperich, plus exactement dans le box CrossFit 1839. Nous y avons rencontré Yann, président et coach, ainsi que des pratiquants de la discipline. Mais vos serviteurs ne se contentent pas de simples propos rapportés et des avis des autres. Éthique journalistique et goût du défi oblige, nous avons enfilé nos baskets et nos plus beaux survêtements pour participer à un « WOD ».

« Nous sommes spécialisés en rien mais bons en tout. »

Un « WOD », pour « WorkOut of the Day », comprenez « entrainement du jour », est composé d’exercices précédés d’un échauffement. C’est la base d’une session de CrossFit qui se déroule dans un « box ». Il s’agit d’un entraînement croisé (cross en anglais) mêlant cardio, gymnastique et haltérophilie.

À peine entrés dans le box, les adhérents nous saluent comme si nous faisions partie du club en nous cognant les poings. Même les demoiselles les plus sexy nous fixent droit dans les yeux en nous frappant les phalanges. « Les filles aussi transpirent, ça rend la bise désagréable ! » s’amuse Yann.

Yann explique le programme du « WOD », en anglais. « De part l’origine du sport, tous les termes sont en anglais. Mais si besoin est je peux développer en français. »

L’échauffement commence. Étirements, pompes, sauts… Pauvres rédacteurs que nous sommes, nous nous sentons vite exténués. Le rythme est élevé, même pour des athlètes professionnels de barathon comme nous. Vient alors le temps des squats et des rameurs. Dans la salle, douze hommes et femmes de tous gabarits et de tout âges, étudiants comme banquiers, se donnent à fond. La différence d’ambiance entre ce box et le reste du PainWorld est notable. « Le but n’est pas de se dessiner ou de prendre de la masse. Il n’y a pas de miroir, le confort est spartiate. Ici on ne se regarde pas. L’objectif est de se maintenir en forme et d’augmenter ses performances. Nous sommes spécialisés en rien mais bons en tout.»

Une fois l’entrainement d’une heure terminé et les journalistes épuisés, nous rejoignons quelques-unes des sportives.

« C’est génial de voir ton corps évoluer. »

Nausica, 25 ans, employée dans une entreprise d’informatique, nous explique avec une joie de vivre rare : « Le CrossFit est un sport complet, on apprend à faire de tout et c’est génial de voir ton corps évoluer sans que tu t’en rendes compte. C’est totalement addictif, si je peux venir tous les jours je le fais ! Ce n’est pas lassant puisque nous varions toujours les exercices : course, anneaux, tractions, marche sur les mains…»
Addictif en effet, puisque certains viennent six fois par semaine. Mais Yann est formel : « Un rythme élevé n’est pas dangereux. Nous ne faisons que des mouvements à amplitude complète, que le coach corrige pour éviter les risques de blessure. »

Il continue : « La grande force du CrossFit c’est de pouvoir niveler tous les exercices. Tout est adaptable. Le débutant peut faire les mêmes exercices qu’un athlète de haut niveau. D’ailleurs ici c’est le dernier qui est le plus encouragé. »
La bonne ambiance, le fun et la fraternité entre les crossfitters est évidente. « J’ai invité tout le club à mon anniversaire ! » raconte Nausica. « Ils sont tous venus déguisés, et Yann est venu en Elvis ! »
CrossFit Inc. est une marque déposée dont Reebok est un des sponsors et équipementier. La marque anglaise a créé un véritable business autour de la discipline. Chaussures, t-shirts, shorts, collants et même chaussettes sont autant de supports portant la griffe CrossFit que les adeptes s’arrachent et qui s’ajoutent rapidement aux 91€ mensuels de l’abonnement à la salle.
Après une un temps passé dans la vente, Yann a décidé de changer de profession pour s’épanouir. Pour que sa salle devienne une des quatre affiliées au Luxembourg, il a du passer un diplôme à Bruxelles, qu’il a obtenu après un brevet d’État en France lui permettant d’enseigner le sport. Selon lui, la discipline doit en partie sa popularité au fait que les acteurs du blockbuster Hollywoodien 300 se soient formés avec le CrossFit, et que des sportifs célèbres se préparent dans leurs propres salles affiliées, comme le rugbyman Frédéric Michalak.

Chaque année, de février à juillet se déroulent les différentes étapes des CrossFit Games, auxquels participent les crossfitters du monde entier, soit environ 350 000 personnes. Les compétitions commencent dans chaque box, soit chaque club affilié, où les performances de chacun sont filmées pour être jugées. De sélections en sélections, les meilleurs arrivent en finale, en Californie.
« Je suis arrivé en phase finale européenne au Portugal, parmi 60 crossfitters de tout le continent. » Raconte Yann. « J’ai 33 ans, et je vais encore progresser. L’athlète le plus âgé est Jacinto Bonilla, un mexicain de 76 ans, et il est encore en forme ! »

Il n’y a en effet pas l’air d’avoir besoin de prérequis pour pratiquer le CrossFit. À CrossFit 1839, le plus jeune a 18 ans et le plus âgé 63 ans. Certains ont un passé sportif tandis que d’autres découvrent le sport.

« La bonne ambiance, le fun et la fraternité entre les crossfitters est évidente. »

C’est le cas d’Anna, 44 ans, banquière. « J’ai beaucoup plus de force, je le sens par exemple quand je sors mon fils de ma voiture. Je me sens vraiment en meilleure forme. J’avais des problèmes de transit, et depuis que je fais du Crossfit j’ai arrêté de prendre des médicaments et des compléments alimentaires (sourire). »

La seule nécessité est d’être motivé et d’adopter un mode de vie particulier. « Il faut faire attention à sa santé, son sommeil et son alimentation. » Précise Yann. « Nous limitons les aliments en sucre et préconisons les aliments non transformés, les noix et les graines. Comme au paléolithique ! »

Le Crossfit serait-il miraculeux ? Peut-être. À Luxuriant nous n’avons pas prévu d’y retourner tant que nous n’auront pas complètement récupéré. Néanmoins, si vous êtes curieux vous pouvez vous faire votre propre idée, puisque la première séance est gratuite !

Tous les renseignements sur www.crossfit1839.com

Publicités